Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'imam Abdallah (Valence-France)

Le blog de l'imam Abdallah (Valence-France)

Simplifier l'islam pour les francophones

Le destin et la faute médicale.

Que faire en cas de malheur qui arriverait suite à une erreur médicale ?

J'exagère peut être un peu mais 90% des musulmans vont dire que c'est le destin et qu'il n'y a absolument rien à faire, juste accepter et gérer son malheur.

Sur le plan spirituel, je suis complètement d'accord, quand il n'y a rien à faire, il faut accepter le malheur et le gérer, se révolter contre son destin ne conduit qu'à un malheur plus grand.

Sur le plan des responsabilités, le destin n'est aucunement une raison à évoquer suite à une erreur médical avérée ou fortement supposée. Celui qui a fait une erreur doit l'assumer, il ne doit pas la reproduire avec d'autres personnes. Si suite à son erreur, on lui dit, ce n'est pas de ta faute c'est la faute du destin alors il ne prendra jamais conscience de la gravité de son erreur et continuera à faire décimer les vies et mutiler les corps.

Quand on évoque le destin, il faut le faire au bon moment et avec la bonne personne. Notre foi au destin est là pour apaiser notre tristesse, nous donner de la patience et l'acceptation, nous faire mesurer notre faiblesse humaine, revenir sincèrement vers notre Seigneur le Puissant le Sage et nous permettre de continuer à vivre au dépit des malheurs.

Notre foi au destin n'est pas un alibi à évoquer suite à nos erreurs ou aux erreurs des autres.

Après une faute, il faut rendre compte des responsabilité de chacun.

Je connait un frère qui souffre terriblement en ce moment des maux de son œil droit.

Il est partit voir un chirurgien ophtalmo pour une affaire banale, il lui fait un acte chirurgical alors qu'il était en train de se disputer avec son collègue pendant toute l’opération, à un moment donné, il jette le matériel et sort de la salle avec précipitation. Le frère me raconte tout cela car il était conscient et n'avait subie qu'une anesthésie locale.

il l'a opéré par la suite deux fois pour réparer mais le mal était déjà fait. Son œil aujourd'hui ne supportera plus d'autre intervention. il ne peut presque plus l'utiliser et en souffre souvent depuis plus d'un an.

Le frère ne veut rien faire contre ce médecin, il me dit : "cela ne servira à rien". Je respecte son choix mais je ne le comprends pas.

Vous ferriez quoi à sa place ?

Si c'était moi, j'aurais tout fait pour qu'il assume entièrement son erreur et pour moi cela ne contredit en rien ma foi que cette erreur fait partie du destin de ce frère.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Djennah 04/10/2017 03:08

Probablement que cet homme reconnait sa part de responsabilité. Peu importe la profession, l'erreur est humaine. Lorsqu'une personne se livre, ou confie son enfant, pour peu importe l'intervention, des plus minimes(ex.vaccins), au plus sérieuses... c'est un choix, et chaque décision comporte un risque.

Le chirurgien ne s'est pas présenté chez cette homme pour lui briser l'œil, c'est cet homme qui s'est livré entres ses mains. Mais celui-ci aurait dû prendre conscience qu'il devait mieux rapporter la chirurgie de monsieur, car il devait déjà se sentir irrité, ou exaspéré, avant même de commencer cette intervention. Son manquement professionnel est de ne pas s'être écouté; qu'il n'était pas en moyen, psychologiquement, de bien travailler.

Ceci étant dit, nous connaissons bien le système juridique. Ća prend plusieurs cas d'erreur pour un même médecin afin de le congédier. Exemple, au Québec, un urologue fût congédier après avoir raté 30 circoncisions. Je ne crois pas que ce serait mieux, pour cet homme, de poursuivre le médecin, car il risque de se payer des avocats à n'obtenir aucune justice, et il doit s'en douter.

En ce qui concerne le "bureau des plaintes" d'un milieu de santé, je déconseillerais de s'adresser à eux, car ils protègent beaucoup leurs employés, et s'armeront d'avance, prêts à affronter le pire, s'ils doutent qu'un patient tente d'entamer une poursuite.

Il peut, cependant, signer une déclaration auprès des policiers, et si d'autres patients comme lui le font, plus il y aura de plaintes, plus la justice pourra jouer en faveur des victimes. Il sera sûrement appelé à témoigner à la barre, si procès, il y a lieu.

Je souhaite à cet homme, de garder espoir et de faire confiance. L'œil est l'organe qui se régénère le plus vite chez le mammifère, et le miracle est toujours possible, surtout s'il garde la paix en lui.