Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'imam Abdallah (Valence-France)

Le blog de l'imam Abdallah (Valence-France)

Simplifier l'islam pour les francophones

Une histoire d'amour au sein de la famille du Prophète. (3)

Les hostilités commencent à surgir entre les mecquois et la société musulmane medinoise naissante.

C'était inévitable, la première bataille éclata entre les musulmans et les mecquois deux ans après l'hégire.

Abou Al'as ne pouvait que suivre sa tribu, il ne voulait pas combattre cet homme honnête qui était Mohamed, c'est lui qui l'a honoré en lui mariant sa fille, c'était un beau père exemplaire. Cependant la tribu avait décidée et sa décision est "sacrée".

La guerre, peu importe qu'elle soit juste ou injuste, il faut la mener avec son clan.

Alors que la guerre bâtait son plain, Zeineb était chez elle à la Mecque. Elle espérait la victoire de son père et de ses frères de foi mais elle était inquiète pour son mari.

Ce mari honnête et bon ne mérite pas de mourir de cette manière en combattant le Messager de Dieu pour obstruer la vérité et propager le faux.

Abou Al'as ne voulait pas de cette guerre mais elle lui a été imposé par son honneur et sa fierté d'arabe.

Les musulmans ont gagné la bataille, malgré leur petit nombre, ils ont écrasé la puissance mécquoise, ils ont humilié la fierté d'une armée qui se croyait invincible.

Quand Zeineb eut l'information de l'issue de la bataille, elle se prosterna devant Dieu pour le remercier de cette éclatante victoire donnée aux croyants.

Elle remercie Dieu aussi d'avoir épargné la vie de son mari Abou Al'as qui fut capturé par les musulmans comme soixante-dix autres prisonniers de guerre.

Traité avec humanité et respect par les musulmans, Abou Al'as fut subjugué par le comportement des musulmans, par leur amour de Dieu et de son prophète, par leur fraternité, par leur obéissance aux ordres du Messager (صلى الله عليه و سلم).

Les musulmans décident collégialement de permettre aux prisonniers de guerre de racheter leur liberté.

Zeineb n'hésita pas une seconde à envoyer la rançon de son mari. Elle envoya son collier d'or pour racheter la liberté de son mari. Elle est son soutien pour le meilleur et pour le pire.

En recevant le collier, les musulmans le montrent au Messager (صلى الله عليه و سلم) pour l'informer du geste de sa fille Zeineb.

Une femme fidèle et intègre à l'image de sa mère Khadija.

En ayant le collier dans les mains, le Messager (صلى الله عليه و سلم) ne pouvait pas retenir ses larmes. Il s'est rappelé de son mariage avec sa chère Khadija. C'est lui qui a offert ce collier, c'est lui qui lui a choisi, elle l'a toujours porté, elle l'a toujours aimé.

Par amour pour sa fille aînée Zeineb, Khadija lui a offert son propre collier pour son mariage.

Khadija (رضي الله عنها) n'est plus de ce monde, elle est morte il y a 5 ans, elle a laissé sa place vide dans le coeur de cet homme qui avait pour elle le plus grand respect et le plus profond amour.

Sa chère Khadija n'était pas une simple femme, elle était son soutien et sa confidente. Elle a su trouver les mots justes pour l'encourager à poursuivre sa mission, elle a met toute sa fortune à sa disposition pour atteindre ses objectifs. Elle est la maman de tous ses enfants.

Elle était la femme digne d'accompagner un Prophète, ce n'est aucunement un hasard que Dieu l'a met sur son chemin.

Khadija c'était de l'amour pur, de l'amour propre,de l'amour noble, de l'amour concret, de l'Amour tout simplement.

Le Messager voyait dans sa fille aînée Zeineb les traits de caractère de sa maman, dans sa fidélité, son soutien à son mari et le collier était là pour le prouver.

A force de dépenser pour libérer les esclaves et soutenir les faibles musulmans, Khadija n'était plus la femme fortunée et riche de la Mecque. Elle n'avait pas les moyens d'offrir un cadeau digne pour le mariage de sa fille aînée. Elle lui a offert son propre collier, discrètement et sans le dire à son mari.

Il regarde le collier et il pense à cette première fois qu'il a vu Khadija. Celle qui allait le rendre l'homme le plus comblé du monde.

Il pense aussi à sa mort. L'année de sa disparation était pour lui l'année du chagrin et de la tristesse.

En pensant à Khadija le Messager de Dieu mesure l'amour que porte sa fille à son mari.

En larme, il demande à ses compagnons, si cela était possible, que ce collier soit restitué à sa propriétaire et que ce prisonnier soit libéré !

Il demande alors qu'il avait la possibilité d'ordonner, le noble Mohamed (صلى الله عليه و سلم).

Le prophète (صلى الله عليه و سلم) accompagna seul Abou Al'as avant son retour à la Mecque et lui demanda discrètement de laisser Zeineb le rejoindre à Medine. Ce n'était pas une condition mais une demande d'un père qui veut le bien pour sa fille et d'un Messager de Dieu qui sait que cette union n'est plus possible dans de telles circonstances.

Dès son arrivé à la Mecque, Abou Al'As informe sa femme du souhait de son père, Zeineb se prépare et rejoint la brigade d'hommes musulmans qui sont venu à sa rencontre à la sortie de la Mecque pour l'accompagner à Médine.

Abou Al'as n'était pas capable de l'accompagner lui même, c'est son frère Kinanah Ibn Arabi' qui s'est chargé de l'accompagner.

Zeineb était enceinte à ce moment là.

Abdallah Imam Dliouah

.../... à suivre

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article