Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'imam Abdallah (Valence-France)

Le blog de l'imam Abdallah (Valence-France)

Simplifier l'islam pour les francophones

Partez, vous êtes libres

Partez, vous êtes libres

J'aime le prophète, j'aime raconter le prophète, j'aime écrire le prophète, j'aime me souvenir du prophète, j'aime tout chez le prophète Mohamed que la paix et le salut soient avec lui.

Le prophète de l'islam (saw) quitte la Mecque discrètement avec son ami AbouBakr (raa).

La Mecque envoie ses hommes à sa recherche, elle offre 100 chameaux à celui qui le ramène, mort ou vivant.

Il se réfugie pendant 3 jours dans une grotte pas très loin de la Mecque mais au sens inverse de sa destination (Médine).

Le voyage était risqué, dur et éprouvant, mais il fini par arrivé à Médine au bout de 12 jours de voyage pénible et semer d’embûches.

Il est accueillit par les médinois par les chants et la joie. Anas avait 10 ans, en se rappelant de ce jour, il dit : c'était le jour le plus joyeux de Médine.

Il construit la première société musulmane, publie une charte de vie commune entre tous les habitants , résiste à l'agression des mecquois, conclut des trêves avec eux et fini, après maintes agressions et trahisons, par décider de reprendre la Mecque.

Il prépare l'armée musulmane qui compte alors 10 000 hommes, il décide de cacher sa destination pour arriver à la Mecque soudainement et éviter toute résistance mecquoise.

Depuis Abraham, la Mecque est un territoire sacré, qui doit être préservé. Il voulait gagner les cœurs des gens, ces ennemis peuvent devenir un jour ses plus fidèles compagnons.

Il arrive avec son armée et rentre à la Mecque victorieux, sans aucune résistance. Il donne la sécurité à tous les habitants de cette ville, il envoie ses hommes dire aux gens celui qui reste chez lui est en sécurité, celui qui se trouve au sein de la maison sacrée est en sécurité, celui qui se trouve chez AbouSoufiane est en sécurité. AbouSofiane était le chef des mecquois à l'époque le le Messager (saw) voulait gagner son coeur à l'islam. Il a réussi à le faire.

En rentrant à la Mecque, les compagnons qui l'observaient disaient qu'il avait la tête baissé, par modestie et humilité, son front touchait même le dos de sa monture. Absorbé dans sa prière, ses louanges et sa sincère reconnaissance envers celui qui lui a permet cette victoire facile.

Les chefs n'avaient pas l'habitude d'agir de la sorte quand ils rentraient dans une ville, mais Mohamed (saw) n'était pas un chef ordinaire, il était un Prophète de Dieu.

Il y a 8 ans il sortait de cette ville seul avec son compagnon, il était poursuivi, il était attristé, il était inquiet. Le voilà aujourd'hui victorieux mais humble.

Il reprend la clé du sanctuaire, y rentre avec deux de ses compagnons, parmi les plus proches de son coeur, Bilel l’abyssinien et le jeune Oussama le mecquois par alliance. Ces deux hommes ne pouvaient pas rentrer dans le sanctuaire avant ce jour là. Il nettoie la Ka'ba des idoles, ils la débarrasse de ses fausses divinités qu'elle a du supporter des siècles et des siècles.

Les idoles peuvent maintenant tomber physiquement car le Messager (saw) a réussi à les faire tombé définitivement des cœurs.

Le Messager (saw) prie à l’intérieur de la Ka'ba et en sort pour s'adresser aux mecquois.

Ils sont tous là devant lui, ils attendent la sentence, la décision finale. Ils s'attendent tous à l'exécutions des hommes et la captivité des femmes et des enfants, c'était la règles chez les arabes avant l'islam.

C'est bien eux qui l'ont expulsé de chez lui, c'est bien eux qui ont persécuté et tué ses compagnons, c'est bien eux qui ont voulu le tuer, qui ont préparé une armée pour anéantir les musulmans à Médine, ... Oui c'est bien eux.

Que faire d'eux ?

Que va t il faire de nous, se demandent les mecquois ?

Il s'adresse à eux : Ô mécquois que pensez vous ? que vais-je faire de vous ?

Les notables mecquois répondent : Tu es un noble frère et le fils d'un noble frère.

Il aurait pu leur dire : Pourquoi vous n'avez pas parlé de fraternité quand vous m'avez forcé à quitter ma ville, quand vous avez tué mes compagnons, quand vous avez décidé de m'attaquer même à Medine.

Mais non, le coeur du Messager ne pouvait pas contenir la haine, c'est un coeur rempli de bonté et de miséricorde, un coeur pur qui ne connait pas la rancœur. Un coeur qui veut la guidance et non pas la perte des gens.

Il leur dit : "Partez, vous êtes libres"

Cette parole raisonne encore et pour toujours dans le sanctuaire de la Mecque.

C'est ces milliers de mecquois à qui le Messager (saw) a pardonné toutes les erreurs qui sont devenus les plus fervents défenseurs de l'islam et ses plus nobles ambassadeurs.

Voilà comment l'amour et la bonté permettent la conquête des cœurs.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article